Un page d’Histoire du Bassin

Même si le Bassin d’Arcachon paraît bien loin du théâtre d’opération du D-day et des sites mémoriels mondialement célèbres de Normandie, il n’en reste pas moins un lieu de choix pour visiter et découvrir des vestiges du Mur de l’Atlantique.

Bien sûr, les habitants et estivants connaissent bien les bunkers qui jonchent les plages et qui disparaissent inéluctablement, engloutis par le recul du trait de côte.

Mais la plupart ignorent qu’il existe un site spectaculaire sur la commune de la Teste-de-Buch qui, pour le coup, n’est pas près de disparaître, grâce notamment aux travaux de réhabilitation de l’association Gramasa.

 

Il faut dire que si l’on ne vous met pas le nez dessus, vous aurez du mal à imaginer leurs présences.

 

Dissimulés dans la végétation, tels des fantômes du passé, le réseau de bunkers de la batterie côtière de l’Eden au Pyla-sur-Mer, surprendra le visiteur non seulement par son caractère monumental qui contraste avec le lotissement de maison de vacances qui le jouxte, mais aussi par son état de conservation.

Bâti sur la dune de Pissens, dont le point haut culmine à 51 mètres, l’Ar 42H est la plus importante batterie côtière du Sud Bassin, après celle des Gaillouneys (près de la plage du Petit Nice, au sud de la Dune du Pilat).

Le site abrite en effet près de quinze ouvrages bétonnés construits entre 1941 et 1943. Encore aujourd’hui, ces bunkers semi-enterrés bravent les années et les caprices du temps grâce à leur position en retrait de la plage, parfaitement à l’abri de l’érosion dunaire.

Découvrez la batterie de l'Eden
L'association Gramasa vous guide sur les lieux
Une page d'histoire du Bassin

Sur les lieux

Même s’il ne reste que les structures de béton, quasi-indestructibles (les casemates de tir possèdent un toit de 3 mètres d’épaisseur, dont 2 mètres en béton armé, tandis que les murs font 2 mètres d’épaisseur), même si l’intérieur est dépourvu d’aménagement et d’équipements, on éprouve parfois l’étrange impression que les soldats allemands ont quitté les lieux la veille.

 

Impression renforcée par la présence d’une signalétique aux murs à peine défraîchie, qui se mêle aux tags plus contemporains.

 

Véritable petite ville, le complexe comprenait quatre casemates fortifiées, abritant de obusiers français de la première guerre mondiale et destinés essentiellement à verrouiller les passes du Bassin. L’Ar 42H comptait également trois soutes à munitions, cinq casernements, un bunker avec puit pour abriter une réserve d’eau, une cuisine, une poste de transmission et un poste de commandement.

Près d’un millier de prisonniers et travailleurs obligatoires auraient travaillé à son édification.

 


Site interdit d’accès au public, le site se découvre uniquement à l’occasion de visites guidées, animées et commentées par un membre de l’association Gramasa.
  • Tous les mardis, du 9/07 au 27/08 à 10h.
  • Durée de la visite : 1h45.
  • Réservation obligatoire.
  • Renseignements : Office de Tourisme : (+33)556546314 // info@tourisme-latestedebuch.fr

Partagez !